Situé près du 45e parallèle, à mi-chemin entre le pôle et l’équateur, le Queyras au climat sec très contrasté est devenu un refuge privilégié, qui concentre des espèces d’origines diverses.
La position très orientale du Queyras peut expliquer que l’astragale queue-de-renard, originaire du Caucase, ou le campagnol de Fatio, des Alpes méridionales italiennes, aient pu s’y installer à la faveur de grands échanges est-ouest devant le front des vastes glaciers descendus du nord.

La situation méridionale de la vallée permet la culture des céréales au-dessus de 1 800 m d’altitude. Le genévrier thurifère, originaire d’Afrique, la sauge d’Ethiopie et la lavande typiquement méditerranéennes ont atteint le Queyras lors du dernier grand réchauffement post-glaciaire.

Le mont Viso : un isolat ? Ce massif en balcon sur le Piémont abrite des espèces uniques au monde telle la salamandre de Lanza, des insectes, des plantes qui ont peut-être évolué ici de manière isolée, comme sur une île.