La forêt de pins à crochets prolonge, en altitude, celle de pins sylvestres et constitue la couverture forestière la plus élevée des versants ensoleillés. Très résistant, ce pin supporte d’être en partie ébranché par les avalanches, et se développe sur des terrains instables comme les ravines de gypse. Tout cela explique que la flore de son sous-bois est peu exubérante.

L’aire principale de reproduction de la Chouette de Tengmalm est la forêt boréale. Mais elle trouve dans le Queyras, du fait de son altitude, des conditions écologiques très proches.
Le Pin à crochets est particulièrement rustique et s’accommode des sols les plus pauvres. Il supporte le climat rigoureux et pousse jusqu’à 2400 m. Il contribue aussi à la fixation du sol.
la Mésange noire abonde en forêt de conifères, et effectue à l’automne des migrations altitudinales vers les vallées.
Lié aux landes de montagne, le Genévrier nain apprécie les sous-bois clairs. Sa forme prostrée est caractéristique.