Ce bassin intérieur tourné vers l’ouest que forme le Queyras a été sculpté par les eaux et les glaciers s’écoulant vers la Durance.

Avec les périodes de gel, ils ont largement érodé les roches feuilletées (schistes) des vallées suspendues du Queyras oriental et profondément entaillé les calcaires compacts de la moitié ouest. L’observation de ces affleurements rocheux plus ou moins parallèles rappelle que leurs plissements et leur disposition résultent avant tout du télescopage entre le continent africain et l’Eurasie qui se poursuit depuis 60 millions d’années.

Parmi les minéraux déposés dans les lagunes des premiers rivages marins : le gypse. Les coraux fossiles du massif de Rochebrune témoignent d’une mer chaude peu profonde.

Les ammonites fossiles du marbre de Guillestre nageaient dans les hauts fonds. Les geysers sous- marins déposent des sels métalliques (coussins basaltiques du col de Péas, mine de cuivre de Saint-Véran). Le fond de l’océan alpin se tapisse de vases argileuses ou calcaires. Les pressions du télescopage les transformeront en schistes. Ces roches feuilletées sont à l’origine des vallées largement ouvertes du haut Queyras (Molines, Abriès, Saint-Véran).