Le Queyras a toujours eu une vocation pastorale et le Queyrassin a toujours été un pasteur. En été, une partie de la population conduisait les bêtes aux alpages. La vie pastorale dans ces terres d’estive s’axait alors entièrement sur la production et la transformation du lait. Jusqu’au XIXème siècle, le Queyras pratique également une transhumance hivernale : les troupeaux partaient à la fin de l’automne vers les vallées vaudoises et les cassines de plaine en Italie et revenaient au printemps.

La tradition fromagère et pastorale a disparu à la fin du XIXème siècle, et les Queyrassins ont alors confié leur bétail aux bergers provençaux.