Le glissement du Pas de l’Ours

Le glissement de terrain du Pas de l'Ours en avril 2018 - ONF/service RTM

Un évènement géologique exceptionnel

Caractéristiques

Un glissement de grande ampleur d’origine naturelle :

  • Mobilisant un versant entre 1500 m et 2000 m d’altitude et sur une largeur de 600 m à son pied, situé en rive droite du Guil sur la commune Aiguilles (Hautes-Alpes)
  • Une partie active représentant une surface de 18 ha en versant raide
  • Un volume potentiel en mouvement de l’ordre de 10 millions de m3
  • Des décrochements de près de 50 mètres sur la partie haute qui créent des ressauts
  • Des zones à forte vitesse de déplacement (entre 4 et 10 cm/jour essentiellement au printemps)
  • De nombreuses et larges fissures sur la partie basse

Quelques explications : le cadre géologique

Les glissements de terrain d’origine naturelle sont des phénomènes inhérents aux régions de montagne. Ils sont plus fréquents dans le Queyras dit « schisteux » qui s’étend sur toute la partie Est du massif (de Château-Ville-Vieille jusqu’au pied du Mont Viso). Ces schistes gris plus ou moins calcaires sont appelés "schistes lustrés" ; Ils se débitent en feuillets serrés qui facilitent leur érosion sous l'effet du gel et des eaux de ruissellement. Ayant perdu leur cohérence, ils glissent vers le bas sur les niveaux plus argileux, sous la forme de masses boueuses et caillouteuses.

Les pentes sont généralement stabilisées principalement grâce au couvert végétal (alpages, forêts). Mais elles restent fragiles. Des conditions climatiques anormales (fonte rapide d’une neige tardive, pluie abondante ou une combinaison des deux) pourraient être responsables de remise en mouvement des anciens terrains glissés ou de leur érosion, ceci d’autant plus facilement que le couvert végétal a été détérioré par des aménagements comme des routes. Le glissement du Pas de l’Ours illustre ce phénomène qui est déjà ancien, à en croire les terrasses agricoles soutenues par des murs en gabion. Il affecte essentiellement des moraines plaquées sur les schistes lustrés. Il s'est réactivé en 2014 sans qu'on en connaisse les raisons précises.

Historique récent

  • Mars et mai 2014, premiers signes de la réactivation du glissement de terrain ancien : effondrement de « paquets » schisteux en altitude, détachement de plusieurs blocs s’arrêtant au-dessus de la zone de replat à 1650 m d’altitude, un bloc de 0,5 m3 atteint la RD947
  • Décembre 2016 à mars 2017 : plusieurs évènements de chutes de blocs ont touché la route départementale. Certaines s’accompagnent de coulées de boue sans faire de victime.
  • Avril 2017 : réactivation du glissement, régression très importante des niches d’arrachement sur la partie amont, premières fissures dans la partie aval, mise en place d’un suivi hebdomadaire par le RTM et de réunions entre la Préfecture, les services de l’Etat (DDT et RTM), le Département et les communes du Queyras. L’enjeu le plus important menacé est la RD947 qui dessert Abriès et Ristolas. Le Département met en place des murs de protection pour maintenir la route ouverte avec un alternat.
  • Mai 2017 : déformation de la chaussée, des fissures apparaissent et se propagent. Le Département décide de construire une route provisoire de l’autre côté du versant pour anticiper une coupure de la route qui aurait des conséquences importantes pour la vallée.
  • Juin 2017 à janvier 2018 : faible activité du glissement. Les collectivités locales se donnent les moyens pour alerter, informer et mettre en sécurité leur population (système d’alerte, mise en place d’un plan de continuité de l’activité, plaquette d’information préventive…).
  • Février 2018 : réactivation du glissement, évolution de la niche de décrochement vers le Nord-Est et le ravin de Choudane, développement d’une niche de décrochement et d’écoulement d’eau en amont du sentier de la piste du Lombard, plusieurs zones à forte vitesse de déplacement, accumulation de matériaux derrière les murs de protection…
  • Mars 2018 : formation d’une brèche dans le mur de protection par basculement des blocs en béton, destruction de la bordure en béton par des coulées déclenchant le fil de rupture et l’alerte. La RD947 est définitivement fermée aux voitures et aux piétons.
  • Avril 2018 : Réactivation de la partie ouest du glissement de terrain. Les coulées superficielles continuent à se déverser dans le Guil sans risque d’obstruction et le mur de soutènement se détériore par la poussée en profondeur. Le bourrelet frontal au niveau de la ligne électrique s’accentue et indique un déversement de la partie haute du glissement sans doute provoqué par une remontée du substratum à ce niveau qui limite l’ampleur des mouvements sur la partie basse (RTM, 2018).
Découvrez ci-dessous 3 vidéos qui retracent l'avancement du glissement au printemps 2018, ainsi que des images du glissement de 2017-2018.
Vidéos réalisées par la DDT 05 (Direction départementale des territoires) à partir d'images réalisées par la Communauté de communes du Guillestrois et du Queyras.
Crédits photos : ONF - Service RTM
GLISSEMENT PAS DE L'OURS
Avril 2017 : en partie amont les décrochements atteignent des dénivelés importantes de près de 50m
GLISSEMENT PAS DE L'OURS
Avril 2017 : en partie aval, le terrain apparait très déstabilisé : fissures, niches d'arrachements, zones d'éboulis, sorties d'eau
PAS DE L OURS
Avril 2018 : destruction du mur de soutènement de la RD et de la conduite de la centrale hydro-électrique

L'évènement le plus suivi en France qui rassemble tous les acteurs

  • Un groupe d’experts, constitué d’universités, de bureaux d’études spécialisés, des services techniques de l’État et des collectivités territoriales suivent quotidiennement l’évolution du glissement au moyen de radars, sismomètres, caméras, clinomètres, levés GPS, drones….
    Pour connaitre plus précisément les instruments de mesures : https://eost.unistra.fr/actualites/actualite/article/surveillance-operationnelle-et-prediction-de-levolution-dun-glissement-de-terrain-majeur-dans-le-queyras/
  • L’Etat représenté par le Préfet, en tant que directeur des opérations de secours, organise des réunions hebdomadaires avec les décideurs locaux pour gérer l’évènement avec l’appui de ses services techniques (DDT05 et RTM).
    Il met en ligne des vidéos spectaculaires du glissement de terrain qui sont actualisés régulièrement par ajout d’images journalières :
    http://www.hautes-alpes.gouv.fr/glissement-du-pas-de-l-ours-queyras-a6648.html
  • Les élus locaux, les pompiers et les gendarmes, tous mobilisés dès les premiers signes de réactivation du glissement de terrain, sont impliqués dans la gestion de l’évènement, l’information et l’alerte aux populations et pour assurer la sécurité des habitants, des vacanciers et des usagers de la route.
  • Les collectivités (communes, Département 05, Communauté de communes du Guillestrois et du Queyras, PETR du Briançonnais des Ecrins du Guillestrois et du Queyras, Parc naturel régional du Queyras), les chambres consulaires et l’office de tourisme sont solidaires pour faciliter le quotidien des populations et des acteurs socio-économiques du Haut-Guil et promouvoir la vallée. Un guichet unique est mis en place pour les socioprofessionnels soucieux de leur activité économique qui souhaitent faire part de leurs questionnements et besoins
  • Les habitants et les socioprofessionnels avec la création d’un collectif « lepasdelours » sont force de propositions pour le développement de leur vallée et relayent des informations auprès de la population permanente et touristique. Pour en savoir plus : Collectif du Pas de l'ours
  • Les vacanciers : acteurs de leur propre sécurité en s’informant sur les bons réflexes et en respectant les consignes. Renseignements auprès de l’office de tourisme du Queyras et des communes du Haut-Guil : Ristolas, Abriès, Aiguilles et Château-Ville-Vieille où ils peuvent trouver une plaquette sur les bons réflexes et les consignes de sécurité éditée par le PETR
A voir : ces 2 vidéos du Pas de l'ours prises en drône en avril 2018 et fournies par le service RTM de l'ONF

Pour aller plus loin : une plaquette d'information et une visite géologique virtuelle sont à votre disposition.

Visite géologique virtuelle
Pierre Thomas, géologue du Laboratoire de géologie de Lyon, a réalisé ce reportage du Pas de l'Ours qui vous éclairera sur ce phénomène géologique :
http://planet-terre.ens-lyon.fr/image-de-la-semaine/Img602-2018-04-30.xml
Suivez les travaux de la nouvelle route du Pas de l'Ours réalisée par le Département des Hautes Alpes :
https://www.hautes-alpes.fr/5524-route-du-pas-de-l-ours.htm
Crédits photos : ONF - Service RTM